Le tragique destin d’Enguerrand

ouvelle initialement écrite pour un concours d’écriture, Le tragique destin d’Enguerrand a été développée pour devenir une novella.

Elle est disponible en version papier ou numérique.

 

couverture tragique

4ème de couverture :

Alors que Richard de Fontenois, jeune page au service du seigneur Thibault d’Echenoz, s’affairait à polir l’armure de son seigneur, son frère aîné, Enguerrand, chevalier au château du seigneur et futur époux de sa fille Morgane, est retrouvé mort dans les écuries.
Tous s’accordent à dire qu’il s’agit d’un simple accident de cheval. Tous, sauf Richard, qui ne peut se résoudre à croire à cette hypothèse.
Mais qui donc peut en vouloir à ce point à son frère pour vouloir sa mort ?

 

Extrait :

… Richard le suivit brièvement des yeux, puis se retourna vers la stalle et la parcourut du regard : ses yeux tombèrent aussitôt sur la silhouette effondrée au sol, dans le fond, sur la paille. Avant même d’avancer vers lui, il repéra la large tache rouge qui imprégnait le foin, et ce fut en tremblant qu’il se précipita aux côtés de son frère, s’accroupissant à côté de lui sans oser le toucher. Les cheveux de son frère étaient imbibés de sang autour de la large plaie ouverte qui barrait l’arrière de la tête : le malheureux avait dû être projeté par son cheval contre le mur, où il s’était fracassé le crâne. c’était sans doute l’option la plus vraisemblable, mais elle ne parvenait pas à s’imposer à l’esprit du jeune homme, qui se refusait à y croire. Il ne pouvait bouger, hébété, fixant sans le voir le corps désormais sans vie de son frère…
Un bruit de pas le fit sortir de sa léthargie : il sursauta et se retourna vers Thibault qui arrivait, attiré par l’agitation qui régnait dans la cour. Ce dernier resta quelques secondes interdit devant le spectacle qui s’offrait à lui, puis il s’accroupit à côté d’Enguerrand et tourna les yeux vers Richard qui, retrouvant la parole, lui demanda d’une voix tremblante :
« Il est… il est mort ?! »
Habitué des guerres et de leurs combats meurtriers, Thibault n’eut pas besoin d’un long examen pour en avoir la confirmation ; il hocha la tête et confirma la nouvelle :
« Oui, il a eu le crâne fracassé… Sais-tu ce qui s’est passé ? »

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :